Le guacamole maison, tout un art

Le guacamole maison, tout un art

Hello, Hello,

Aujourd’hui on parle guacamole, car j’ai reçu quelques message suite à ma story, sur Intagram, a propos de ma photo de guacamole et je me suis dis que cela pouvait peut être sympa de poster ma recette. Jusqu’à présent ça ne m’étais jamais venu à l’esprit, car j’ai l’impression que c’est une recette tellement simple et que tout le monde connait, mais peut être pas tout compte fait.

L’avocat, malgré le fait qu’il soit disponible toute l’année sur nos étales, je crois que c’est bien un fruit où peu de personne ont conscience qu’il y a aussi des saisons pour le consommer #mercilagrandedistribution. Du coup pour ceux qui l’ignore l’avocat est un fruit qui se consomme en période froide chez nous, à partir d’octobre jusqu’au début du printemps. C’est une des raisons pour lesquelles j’ai hésité à vous partager ma recette du guacamole, car par chez nous si l’on consomme de saison, c’est assez compliqué d’en faire un dans les règles de l’art car il faut de la tomate et cette dernière n’est pas vraiment compatible avec la saison froides. Mais vu l’arrière saison que nous avons eu, j’ai encore tout plein de tomates au potager et je me suis dis que c’était peut être pareil chez vous où chez vos producteurs et maraîchers.

Pour faire un bon guacamole, il faut vraiment bannir le mixeur et l’écraser à la fourchette. Le guacamole n’est pas une purée toute lisse. C’est bien quelque chose qui me rend triste, quand je vais à un apéro et que je retrouve un guacamole mixé ou pire industriel en pot. Une autre raison, que j’ai apprise récemment, pour laquelle il ne faut pas mixer le guacamole c’est que la lame du robot chauffe et à tendance à faire noircir plus vite les avocats.

Evidemment pour un guacamole, il faut de bon avocat, vous pouvez choisir la variété qui vous plait le plus, que se soit un Hass, un Fuerte ou autre, mais il doit être mûr à point. L’avantage de l’avocat c’est que c’est comme la banane, c’est un fruit qui continu à mûrir sans être sur son arbre. Une technique imparable pour savoir si votre avocat est mûr et sans le malaxer de tous les côtés. Il faut retirer le pédoncule, si l’intérieur est vert c’est que l’avocat n’est pas mûre, s’il commence à jaunir c’est bon, s’il est noir passez votre chemin, il est pourrit.

Pour le guacamole, il nous faut donc une tomate comme je vous l’ai dis plus haut. Mais il faut penser à enlever son jus et les pépins, pour ne pas qu’elle détrempe le guacamole. Donc choisissez en une qui est plus charnue que juteuse, un peu comme une cœur de bœuf.  Hors saison abstenez vous vraiment, ça n’aura aucun intérêt d’en mettre. Il faudra également du jus de citron, ou du lime encore mieux. Alors attention, on a tendance à parler à tord de citron vert, alors que ce n’est pas le même arbre. Le citron vient du citronnier et le lime du limettier. Le citron apportera du goût, mais limitera aussi au guacamole noircissent. N’hésitez pas à laisser un noyau au milieu du guacamole pour éviter qu’il noircissent, un vieux truc de mama mexicaine, qui a l’air de plutôt bien marcher. Bien sur ça va finir par noircir quand même ne vous attendez pas à le garder 3 jours non plus. En même temps un guacamole doit se consommer rapidement.

Au niveau des épices je vais essayer de vous dosez la choses, mais si c’est bien quelque chose que je fais à l’œil, c’est bien ça. En plus c’est assez subjectif, l’important c’est que les épices n’emporte pas le goût de l’avocat, mais l’accompagne et le sublime. J’utilise de la coriandre et du cumin moulu. Fraîchement moulu si possible. Ce que j’aime bien c’est rajouter de la coriandre fraîche, si j’en ai à la maison, pour apporter de la fraîcheur. Je mets également de l’oignon, en général de l’oignon rouge, car c’est plus doux et fin mais vous pouvez aussi mettre de l’oignon nouveau.

Dernière petite note, n’oubliez pas l’impact écologique de l’achat des avocats, préférez les corses si vous le pouvez, mais c’est une petite production, on en trouve donc pas facilement. Personnellement j’essaie de me restreindre, sinon j’en achèterai quotidiennement. En plus de l’impact écologique, il ne faut pas oublier l’impact humain. Depuis que l’avocat est devenu à la mode, il est devenu un produit de luxe, l’or vert. En fonction des pays, comme au Mexique, les cultivateurs d’avocatiers vivent souvent l’enfer. Ils doivent faire face à des cartels, qui les taxent et entretiennent le “règne” de la terreur. Je vous laisse un extrait d’un envoyer spécial sur les avocats, mais vous pouvez trouver sans soucis d’autres émissions sur le sujet si cela vous intéresse. Essayer du coup de choisir des provenances où la culture d’avocats ne rime pas avec sang, même si c’est aussi la seul source de revenu de ces personnes.

 

Le guacamole maison, tout un art

Ingrédients pour un bol de guacamole

  • 3 avocats mûrs à point
  • 1 tomate
  • 2 cuillères à café de coriandre moulue – a adapter en fonction des goûts
  • 2 cuillères à soupe de cumin moulu – a adapter en fonction des goûts
  • Sel et poivre du moulin
  • 1 trait d’huile d’olive
  • 1 jus de citron ou de lime
  • Quelques branches de coriandre fraîche
  • 1 petit oignon rouge ou un demi
  • Un peu de piment – au goût

 

Préparation du guacamole

1 / Récupérer la chair des avocats et l’écraser avec une fourchette.

2 / Presser le jus de citron et l’ajouter à l’avocat, tout en mélangeant, pour limiter que le guacamole noircisse.

3 / Épépiner la tomate et la couper en cube fin, mais pas trop pour ne pas que ça fasse de bouillie. Émincer très finement l’oignon. Mélanger le tout aux avocats avec les épices et la coriandre émincer finement.

4 / Server frais mais pas froid. Le froid du frigo peut masquer le goût de l’avocat.

 

Le guacamole maison, tout un art

 

A bientôt, 

Mélanie 

 

twitter pinterest facebook instagram

 



1 thought on “Le guacamole maison, tout un art”

Tu me laisses un petit mot ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


%d blogueurs aiment cette page :