Le bouquet garni

Le bouquet garni

Hello, Hello,

Aujourd’hui on va parler d’une base de la cuisine traditionnelle française, le bouquet garni. Je dois bien avouer que c’est quelque chose que je fais rarement, en tout cas sous sa forme traditionnelle. Je mets bien des herbes dans mes bouillons, soupes et sauces, mais pas sous forme de bouquet. Comme le potager regorge d’herbes, je me suis dis que c’était le moment de préparer quelques bouquets garnis et de les faire sécher pour en avoir à l’avance.

 

Le bouquet garni, qu’est-ce que c’est ?

C’est un petit fagot d’herbes aromatiques diverses, originaire de Provence. Il est habituellement utilisé dans la cuisine traditionnelle pour donner du goût aux bouillons, aux ragoûts et aux sauces. Il est généralement bouilli avec tous les ingrédients de la recette, puis retiré au moment du service.  Traditionnellement un bouquet garni est composé de laurier, de thym et de queues de persil, puis est agrémenté de d’autres herbes aromatiques en fonction des familles et des plats dans lequel il va être utilisé. Généralement les herbes aromatiques qui sont utilisées poussent sur une longue période de l’année pour en avoir à disposition dès que le besoin s’en fait sentir.

 

Le bouquet garni peut s’utiliser sec ou frais. Sec il se conserve indéfiniment et frais quelques jours dans le bac à légumes du frigo ou bien au congélateur, pour plusieurs mois.

 

Le bouquet garni

 

Les astuces du bouquets garni 

Au moment de faire votre fagot, pensez à utiliser une ficelle plus grande pour pouvoir le retirer plus facilement de la marmite. Si vous utiliser des herbes sèches pour faire votre bouquet et qu’elles s’émiettent, mettez les dans une gaze.

Lorsqu’il est frais c’est le moment d’utiliser des queues de persil qui commence à passer un peu, à jaunir légèrement, pour leur donner une nouvelle vie.

 

Les variantes du bouquet garni 

Pour un bouquet garni traditionnel vous pouvez utiliser du vert de poireaux, du laurier, du thym, du romarin, du céleri…

Vous pouvez également opter pour des variantes un peu plus exotiques, originales comme de la coriandre, de la sauge, des tiges d’ail frais, de l’ail des ours, de la sarriette, du fenouil, du cerfeuil, de la pimprenelle, de l’estragon, des zestes de citron ou d’orange, des feuilles de bananier…

Vous pourriez aussi utiliser des bouquets garni pour des desserts, comme pour un riz au lait ou faire infuser de la crème. Dans ce cas utiliser des herbes à dominance plus sucrée, ou avec quelques épices, comme de la menthe, de la verveine citronnelle et un bâton de cannelle ou encore des zestes d’agrumes…

N’hésitez pas à agrémenter votre bouquet garni d’épices, comme du poivre, du piment, des clou de girofle, des grains de coriandre, de la cardamone…

 

En pratique 

Rien de bien compliqué, c’est même un jeu d’enfant. Vous avez le choix de les préparer frais et de les garder tel quel ou de les faire sécher, ou bien de le préparer avec des herbes que vous avez déjà fait sécher.

 

Personnellement je vais les préparer avec des herbes fraîches, car le potager en regorge encore, donc c’est un bon moyen de les conserver, puis je les ferait sécher de la même manière que mes herbes séchées. –  Si vous souhaitez un autre moyen de conservation des herbes vous pouvez aussi retrouver ma recette d’herbes salées.

 

Pour les faire sécher, je vous conseille de ne pas utiliser des “herbes fragiles” comme par exemple le persil et la coriandre, qui je trouve ont du mal à sécher et perdent de leur goût. Le persil séché, pour moi n’a aucun intérêt au niveau gustatif. Je préfère garder les queues et à la limite les mettre au congélateur et les utiliser tel quel le moment venu, mais à vous de voir.

Du coup je vais utiliser les traditionnels laurier et thym, avec un peu de romarin et de sauge – attention il faut en mettre peu, car c’est une herbes très forte – de la sarriette – pour son côté poivré – le tout enroulé partiellement dans une feuille de poireaux – car je viens d’en tailler certain dans le jardin et du coup pas de gâchis. Enroulé partiellement car j’ai peur que sinon le milieu sèche mal et s’abîme avant d’être sec.

Je vais enrouler tout ça avec une ficelle et suspendre tête en bas dans mon séchoir restauré dont je vous avait parlé vaguement parlé dans ma recette des rillettes de carottes.

Une fois le tout bien sec, à conserver à l’abris de l’humidité dans un bocal  et de la lumière dans un placard, et nous seront parés pour cet hiver.

 

Le bouquet garni

 

En espérant vous avoir éclairé sur les bouquets garni et vous avoir donné envie d’en faire.

A bientôt, 

Mélanie 

 

twitter pinterest facebook instagram



Tu me laisses un petit mot ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


%d blogueurs aiment cette page :